Zwitter

Tu veux me présenter une amie, m’as-tu dit. Aussi viendras-tu ce soir accompagnée, sans plus de précision. Avachi dans le salon sur mon valétudinaire canapé aux ressorts exténués, je laisse libre court à mon humeur et mon imagination vagabonde, tour à tour invoquant sur la scène de mes rêveries une blonde diaphane, si fragile qu’au toucher elle se brise, une collègue quadragénaire, prédatrice en tailleur court, une bonne copine que tu n’avais pas revu depuis des années, victime d’un léger surpoids, qui, escomptes-tu, saura te mettre en valeur par la comparaison ou encore ton amie d’enfance, ta presque sœur, avec qui l’évocation de vos premiers émois lesbiens réciproques déclenche une irrépressible et affolante montée de rouge aux joues. Au moment où j’envisage d’entamer en solitaire cette soirée avec l’aide d’un sympathique petit vin cuit, une agitation, des rires à la porte d’entrée annoncent votre arrivée. Te voici accompagnée d’une grande et belle brune d’allure latine, cheveux longs bouclés, jupe courte et chemisier blanc. Tu effleures mes lèvres d’un baiser distrait avant de me présenter à cette Michèle au parfum enivrant et indéfinissable. Sans même l’amorce d’une joute, je capitule au jeu de la séduction. Le temps de se claquer une bise et d’échanger quelques banalités, vous voici toutes deux assises. Pour ma part, je m’évertue à vous satisfaire en énonçant la liste des alcools disponibles. Michèle porte son choix sur un mojito. Nous optons pour notre sempiternel Manhattan, autre boisson traîtresse s’il en est. Vous badinez pendant que j’empile les feuilles de menthe et les glaçons. Nous goûtons nos boissons à petites gorgées. Décidément, la soirée se présente très bien mais il se trouve que dans mon trouble et mon impatience à tous nous enivrer, je néglige les plus élémentaires devoirs de maître de céans en omettant d’ajouter une touche solide à notre apéritif. Confus, je m’esquive dans la cuisine, histoire de récolter quelques biscuits salés.

A mon retour je vous trouve enlacées sur le canapé, bouche contre bouche, dans l’amorce d’un gamahuchage que j’approuve sans réserve. Après tout, les petits fours attendront, si vous me laissez jouer un rôle dans la pièce qui s’amorce. Michèle, loin de se montrer rétive à mon intervention, se détourne de toi pour m’offrir un premier baiser, doux et chaud à la fois. Tu te glisses derrière elle pour déboutonner la chemise, dévoiler les épaules dorées et la gorge aimable de notre nouvelle compagne en libertinage. Ce que j’avais pris au premier abord pour un soutien-gorge noir se révèle une guêpière à dentelle corsetant des courbes judicieusement ordonnées. Michèle renchérit en dégrafant sa jupe qu’elle laisse négligemment tomber à ses pieds. Entre les bas noirs tendus de jarretelles et le slip s’expose la chair tendre des cuisses. Cette vision fait mon plus grand délice. Collé contre son dos, je ne vois que tes mains qui s’affairent sur les seins de la coquine dont les soupirs impatients exaltent un peu plus mon émoi. Elle m’entoure de ses bras graciles, se presse contre moi. Ma roideur devient douloureuse et elle a bien compris la nécessité d’une action urgente. La voici à genoux m’offrant sa bouche accueillante. Une véritable merveille, sans me connaître elle sait déjà presqu’aussi bien que toi me faire plaisir. Tu la rejoins et toutes deux vous relayant vous vous ingéniez à alimenter un peu plus mon désir. Mais on ne dira pas de moi que je suis un homme égoïste. A cette caresse buccale, je me dois de proposer la réciproque. Aussi, une fois la belle assise sur le canapé, me penche-je sur ses seins découverts. Je suce tour à tour ces fruits délicats. De ton côté, tu n’es pas en reste, distribuant force caresses et baisers. Mais il me faut viser plus bas.

M’apprêtant par habitude à trouver céans ce que la nature nous offre de concavité rassurante, je sursaute à la vue d’appâts beaucoup plus virils que prévus. Une superbe verge cachée là, opprimée par l’étroitesse du slip et qui bondit fièrement hors de sa prison, déjà à moitié érigée. Divine surprise que tu me fais ainsi, de m’offrir un autre ange, bien bisexué, lui. J’ose à peine toucher la chose tant elle me parait incongrue. Allons, Michèle si féminine, aux seins d’aspect si naturel, sans adjuvants plastiques, à la taille étroite, aux fesses voluptueuses et aux jambes si fines… Tu m’as bien berné. Mais sans plus attendre, je dois observer de plus près l’organe incongru. Je m’agenouille à ses pieds. Epilé, beaucoup plus lisse qu’un sexe de femme – tout en plis et replis, lui – tant dans l’aérodynamisme tubulaire, que vient à peine perturber une veine palpitante, que dans la rotondité féconde de besaces que je devine lourdes. Je me décide à toucher la bête qui s’avère plus douce que je ne le craignais au premier abord. Personne ne proteste, je m’enhardis, glissant la main entre le slip et la peau. Je palpe une tension comparable à la mienne que mes lèvres tentent d’apaiser. Toi aussi, tu veux goûter cette chair affolante et, dans le ballet de nos visages, nous échangeons des baisers.

Michèle debout me tourne le dos. Après application d’un onguent et d’une protection adéquate, je franchis voluptueusement le portail de ses reins. Elle est étroite et me tient puissamment, comme dans un étau. Ainsi je la possède mais elle me possède également en m’enserrant ainsi. Tu es bientôt lasse des baisers et, les jambes en compas, le sexe offert dévoilant toute la roseur des chairs humides, tu réclames en termes crus une pénétration exemplaire. Dans l’état actuel, je ne peux te contenter que par procuration et ce n’est pas sans difficulté que nous manœuvrons jusqu’à ce que le piquet tendu de notre partenaire de débauche te procure cet empalement désiré. Avec la plus grande lenteur et les plus grandes précautions nous nous animons tous trois en cadence. Toute cette luxure t’embrase et par un cri tu nous assures de ta jouissance. Loin de t’apaiser, ce premier orgasme stimule ton imagination. Tu exiges que je te lèche, à quatre pattes, et que Michèle profite de ma croupe ainsi offerte. Rien n’est plus facile que la première phase que j’exécute aussitôt. J’appréhende un peu plus le reste des opérations mais Michèle me rassure par des caresses idoines. L’idée de recevoir un sexe qui vient de te faire jouir, encore luisant de ta mouille, m’excite au plus au point. Je sens le froid du gel entre mes fesses puis l’affectueuse pénétration. Une fois le petit désagrément de la barrière musculaire franchie, une trouble sensation me saisit et nous trouvons de nouveau tous les trois les voies de notre plaisir. Tu nous interdis cependant de jouir. Qu’importe, tu sais très bien que rien ne me plaît plus que de ma langue dessiner les courbes de ta vulve et Michèle ne blâme pas, et de loin, l’étroitesse de cette voie peu pratiquée.

Mais ton petit scénario, je m’en doutais ne s’arrête pas en si bon chemin et tu as prévu un troisième cas de figure qui devrait doublement te contenter. Michèle et moi déchaussons nos capuchons de plastique pour en enfiler des neufs. Je m’allonge sur le canapé et tu me chevauches. Ton sexe dégoulinant enserre le miens. Pendant un instant, je me dis que nous avons tous trois perdu la raison. Plus rien n’existe que notre désir et plus rien ne peut l’arrêter. Tu pousses un cri quand la verge de Michèle vient rejoindre la mienne, perforant ton vagin, élargissant le creuset de ton plaisir comme jamais. Tu nous baises alors avec une rage incontrôlée, sans limite, jusqu’à ce que tous les trois nous retombions inertes, comblés par la jouissance, pauvres pantins de notre libido infernale.

Janus