Auréline 6 – le photographe (2ème partie)

Message du 16/06/10 14:54
De: Auréline
A: Janus
Objet : Re:Epreuve

Cher Maître,

J’ai suivi vos instructions à la lettre, pour vous dire à quel point je suis votre dévouée servante. Mon sexe est rasé. Comme je n’ai pas les grandes lèvres très développées, là en bas, on dirait une chatte de petite fille, c’est bizarre, un peu malsain.

Je prends le train pour me rendre à l’endroit convenu. Il fait chaud. Je porte juste un petit gilet en plus de la robe et j’arbore avec fierté le collier que vous m’avez offert. Sans soutien-gorge et sans culotte, je n’en mène pas large. Je vous avoue même que je crève de trouille. Dans le wagon, je fais bien attention à ne pas décroiser les jambes de manière à ne pas faire un plan à la Sharon Stone au gros type qui sue en face de moi. On est loin de l’Orient Express !

Pour une banlieue perdue, c’est une banlieue perdue, presque la campagne. A la sortie de la gare, je me sens comme une brebis au milieu des loups. Heureusement, les rues sont peu fréquentées et je ne croise pratiquement personne. Je ne sais pas comment je réagirais si je me faisais alpaguer par un groupe de jeunes. Arrivée à l’adresse indiquée, nouvelle surprise : une palissade de chantier masque l’immeuble. Ding. Un SMS : « La plaque marquée d’un gros O rouge ne tient pas très bien. Faufile-toi par là. » Moins difficile que je le pensais, une fois passée, je remets tant bien que mal la palissade en place et me retrouve devant terrain en friche. Je le traverse, heureusement les herbes ne sont pas très hautes, et entre dans une espèce d’entrepôt ouvert aux quatre vents, sale, tagué.

« Il y a quelqu’un ? ». Aucune réponse bien sûr. Je fais le tour du propriétaire. Quelques objets trainent par terre. Des jouets, une tête de poupée, comment a-t-elle atterri là ? Au milieu de la pièce, une couverture poussiéreuse. Rien n’est fait pour me rassurer. Aucune envie d’un viol en réunion, je m’apprête à repartir.

Ding. Nouveau SMS : « Tiens-toi debout sur la couverture. Mets le masque ». Je le sors de mon sac à dos. Le gilet plié dedans, je pose le tout dans un coin. J’applique le masque sur mes yeux. Cette plongée dans l’obscurité entraine paradoxalement l’arrêt de ma crise de panique. L’œil du cyclone, le calme au cœur de la tempête. Quelqu’un s’est approché sans faire de bruit. Il se manifeste par sa voix, grave et profonde. Je résiste à l’ardent désir de lui demander son nom. J’aimerais tant que ce soit vous. La voix dit : « Ne bouge pas ». Clic. Il vient de me prendre en photo, debout, les bras ballants, l’air un peu godiche. Je ne peux pas m’empêcher de mordre ma lèvre inférieure. Clic, nouveau cliché.

Il se glisse derrière moi, me dit : « ne t’inquiète pas, tu ne vas subir aucune contrainte, personne ne va te toucher. Je te demande juste de te dévoiler un peu. » Je reste muette. Une série d’ordre : déhanche toi, mets la tête sur le côté, croise les bras. Clic. Clic. Clic. « J’aimerais que tu déboutonnes le haut de ta robe. Tu crois que tu peux le faire pour moi ? » Ce n’est pas facile, sans rien voir je peine un peu. J’ai de plus en plus chaud. Les joues : je ne veux même pas savoir de quelle couleur elles sont. Le bas du ventre, aussi. Je résiste à l’envie de me toucher, de contrôler le taux d’humidité. Je ne pensais pas que m’exhiber devant un objectif me troublerait autant. Mes sensations contredisent ma nature discrète. Je n’aime pas me donner en spectacle.

A présent ma gorge est nue, seul le pendentif l’orne.

Il me demande d’effleurer mes seins nus, de les prendre en coupe. Clic. Les pointes sont dressées. Clic. Je voudrais prendre la petite bouteille d’eau dans mon sac pour calmer ma gorge sèche.

– Tu vas saisir ta robe par les bords et la soulever doucement.

Montrer ses seins c’est une chose, pleins de filles le font sur la plage, exhiber son sexe en est une autre. Surtout quand aucune toison ne vient le masquer. Pourtant je m’exécute. Comme un automate, je me dévoile.

Clic. Clic.

Il me demande de m’accroupir, comme si j’allais pisser. La tête me tourne. J’imagine la plaie de mon ventre grande ouverte devant l’objectif, les lèvres gorgées de sang, le clitoris dressé sorti de son capuchon. Je suis sur le point de me toucher.

D’un léger toussotement il interrompt mon geste. Quoi, la séance est déjà finie ? Mais j’ai faim, moi, j’en veux plus.

– Compte lentement jusqu’à cent, dit-il. Retire le masque. Tu pourras partir.
– J’ai une question, s’il vous plait.
– Oui ?
– Que pensez-vous de ma prestation ?
– Tu as été parfaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>