Auréline 6 – le photographe (2ème partie)

Message du 16/06/10 14:54
De: Auréline
A: Janus
Objet : Re:Epreuve

Cher Maître,

J’ai suivi vos instructions à la lettre, pour vous dire à quel point je suis votre dévouée servante. Mon sexe est rasé. Comme je n’ai pas les grandes lèvres très développées, là en bas, on dirait une chatte de petite fille, c’est bizarre, un peu malsain.

Je prends le train pour me rendre à l’endroit convenu. Il fait chaud. Je porte juste un petit gilet en plus de la robe et j’arbore avec fierté le collier que vous m’avez offert. Sans soutien-gorge et sans culotte, je n’en mène pas large. Je vous avoue même que je crève de trouille. Dans le wagon, je fais bien attention à ne pas décroiser les jambes de manière à ne pas faire un plan à la Sharon Stone au gros type qui sue en face de moi. On est loin de l’Orient Express !

Pour une banlieue perdue, c’est une banlieue perdue, presque la campagne. A la sortie de la gare, je me sens comme une brebis au milieu des loups. Heureusement, les rues sont peu fréquentées et je ne croise pratiquement personne. Je ne sais pas comment je réagirais si je me faisais alpaguer par un groupe de jeunes. Arrivée à l’adresse indiquée, nouvelle surprise : une palissade de chantier masque l’immeuble. Ding. Un SMS : « La plaque marquée d’un gros O rouge ne tient pas très bien. Faufile-toi par là. » Moins difficile que je le pensais, une fois passée, je remets tant bien que mal la palissade en place et me retrouve devant terrain en friche. Je le traverse, heureusement les herbes ne sont pas très hautes, et entre dans une espèce d’entrepôt ouvert aux quatre vents, sale, tagué.

« Il y a quelqu’un ? ». Aucune réponse bien sûr. Je fais le tour du propriétaire. Quelques objets trainent par terre. Des jouets, une tête de poupée, comment a-t-elle atterri là ? Au milieu de la pièce, une couverture poussiéreuse. Rien n’est fait pour me rassurer. Aucune envie d’un viol en réunion, je m’apprête à repartir.

Ding. Nouveau SMS : « Tiens-toi debout sur la couverture. Mets le masque ». Je le sors de mon sac à dos. Le gilet plié dedans, je pose le tout dans un coin. J’applique le masque sur mes yeux. Cette plongée dans l’obscurité entraine paradoxalement l’arrêt de ma crise de panique. L’œil du cyclone, le calme au cœur de la tempête. Quelqu’un s’est approché sans faire de bruit. Il se manifeste par sa voix, grave et profonde. Je résiste à l’ardent désir de lui demander son nom. J’aimerais tant que ce soit vous. La voix dit : « Ne bouge pas ». Clic. Il vient de me prendre en photo, debout, les bras ballants, l’air un peu godiche. Je ne peux pas m’empêcher de mordre ma lèvre inférieure. Clic, nouveau cliché.

Il se glisse derrière moi, me dit : « ne t’inquiète pas, tu ne vas subir aucune contrainte, personne ne va te toucher. Je te demande juste de te dévoiler un peu. » Je reste muette. Une série d’ordre : déhanche toi, mets la tête sur le côté, croise les bras. Clic. Clic. Clic. « J’aimerais que tu déboutonnes le haut de ta robe. Tu crois que tu peux le faire pour moi ? » Ce n’est pas facile, sans rien voir je peine un peu. J’ai de plus en plus chaud. Les joues : je ne veux même pas savoir de quelle couleur elles sont. Le bas du ventre, aussi. Je résiste à l’envie de me toucher, de contrôler le taux d’humidité. Je ne pensais pas que m’exhiber devant un objectif me troublerait autant. Mes sensations contredisent ma nature discrète. Je n’aime pas me donner en spectacle.

A présent ma gorge est nue, seul le pendentif l’orne.

Il me demande d’effleurer mes seins nus, de les prendre en coupe. Clic. Les pointes sont dressées. Clic. Je voudrais prendre la petite bouteille d’eau dans mon sac pour calmer ma gorge sèche.

– Tu vas saisir ta robe par les bords et la soulever doucement.

Montrer ses seins c’est une chose, pleins de filles le font sur la plage, exhiber son sexe en est une autre. Surtout quand aucune toison ne vient le masquer. Pourtant je m’exécute. Comme un automate, je me dévoile.

Clic. Clic.

Il me demande de m’accroupir, comme si j’allais pisser. La tête me tourne. J’imagine la plaie de mon ventre grande ouverte devant l’objectif, les lèvres gorgées de sang, le clitoris dressé sorti de son capuchon. Je suis sur le point de me toucher.

D’un léger toussotement il interrompt mon geste. Quoi, la séance est déjà finie ? Mais j’ai faim, moi, j’en veux plus.

– Compte lentement jusqu’à cent, dit-il. Retire le masque. Tu pourras partir.
– J’ai une question, s’il vous plait.
– Oui ?
– Que pensez-vous de ma prestation ?
– Tu as été parfaite.

Auréline 5 – le photographe (1re partie)

Message du 06/06/10 22:12
De: Janus
A: Auréline
Objet : Epreuve

Chère Aurèline,

Le moment de ta première épreuve est venu. Il va falloir que tu me prouves que tu es prêtes à aller plus loin que les mots. Comme je te l’ai déjà indiqué, nous ne pouvons pas être en contact directement mais j’ai un ami qui est prêt à te rencontrer. Tu vas devoir passer une sorte de test. Pas très compliqué, il ne comporte pas de pièges. Tu dois simplement suivre des instructions précises.

Si tu n’en as pas déjà en ta possession tu achèteras de la mousse en bombe et un rasoir. Je ne doute pas que tu aies en ta possession le deuxième objet, accessoire féminin banal. Dans un second temps, tu vas te rendre dans ta salle de bain et retirer tes vêtements. Avec une paire de ciseaux tu vas raccourcir le plus possible ta toison pubienne. Si tu as des poils près de l’anus, mais je ne pense pas que ce soit le cas, coupe les également. Ensuite applique une bonne couche de mousse et rase-toi entièrement, en veillant bien à tendre la peau pour ne pas te couper. Il faudra sans doute renouveler l’opération plusieurs fois pendant les jours qui suivront. Ton sexe doit paraitre imberbe.

Je vais t’adresser un nouveau colis. Cette fois, je vais faire moins de mystère sur son contenu. Dans le paquet, tu trouveras un bijou. C’est un collier en argent avec, en pendentif, un serpent qui se mord la queue. Ce symbole, l’ouroboros, est très ancien et a de nombreuses significations. Il se rapporte au cycle de la vie. Pour l’essentiel, voici le sens que tu dois lui accorder : tu fais maintenant partie d’un cercle d’adeptes qui ont dédié leurs vies au plaisir et au libertinage. Tu devras le porter en permanence. Il te rappellera que tu es une initiée et que je suis ton Maître.

Mon envoi contiendra également un masque de voyage noir, parfaitement opaque, tel que l’on en porte dans les avions pour s’assurer une nuit paisible.

Tu recevras un SMS avec un lieu et plusieurs dates. Tu adresseras en réponse la date que tu auras choisie et une heure. Il est impératif que tu sois disponible pour ce rendez-vous. Si tu nous fais faux bond, je serai contraint de cesser toutes relations avec toi.

Tu porteras une jupe d’été ou une robe, je te laisse le choix. Ni soutien-gorge, ni culotte. Si tu le souhaites, des talons hauts seront bienvenus mais pas de bottes. Le collier cela va de soi. Prends un petit sac à main avec toi et range le masque dedans. Une fois arrivée sur place, mets-le sur tes yeux et attend les instructions.

Je peux t’assurer que tu ne subiras ni contrainte ni mauvaise surprise. Je pense même que tu prendras beaucoup de plaisir à cette séance.

Je t’embrasse,
Maître J.

Auréline 4 – une situation compliquée

Message du 20/05/10 17:55
De: Auréline
A: Anne-So
Objet : News

Hello !

Comment vas-tu ? Tu ne peux pas savoir comme vous me manquez ! Pas aussi simple que je le pensais de nouer des contacts à Paris.

Et la bande ? Alex picole toujours autant ?

Tu sais la personne dont je t’ai parlé… Cela devient un peu plus sérieux. Il m’a adressé un questionnaire sur les pratiques sexuelles. Oui je sais, c’est un peu particulier. Il y a des perversions que je ne m’imaginais même pas. Dans certains cas, j’ai dû chercher les définitions sur Wikipedia.

Il y avait quatre réponses possibles :

– 0 hors de question
– 1 bof mais je veux bien pour faire plaisir
– 2 pourquoi pas ?
– 3 j’aime ou j’aimerai essayer
– 4 oh oui ! J’adore !

Après coup je crains d’avoir coché les cases avec un avis positif pour un peu trop d’activités sans réfléchir, dans l’excitation du moment. Je crains de le regretter par la suite… J’ai quand même dit non pour le fist-fucking et les pratiques scatologiques. Et la zoophilie bien-sûr, en plus c’est illégal. Le marquage au fer rouge, j’ai hésité c’est un peu dingue. Une toute petite marque, genre tête d’épingle peut-être…

Tu dois me prendre pour une folle. J’admets que, parfois, en ce moment, je ne me reconnais même plus.

Grosses bises à toute la tribu,
A.

————————————————–
Message du 21/05/10 14:15
De: Anne-So
A: Auréline
Objet : Re:News

Coucou ma puce !

Rien de très neuf par ici, la bande se porte bien. Tu nous manques aussi. On se verra bientôt, les vacances approchent. Enfin, à ce que je vois, tu ne t’ennuies pas ! C’est tout de même un peu bizarre, même si ce ne sont pas mes oignons je te l’accorde, d’entretenir une relation avec un type que tu n’as jamais vu. Tu ne sais même pas à quoi il ressemble, après tout, il pourrait même être ton père (je plaisante, ton père est beaucoup trop coincé).

Avez-vous envisagé de vous rencontrer en chair et en os ? C’est bien beau les relations virtuelles mais rien ne vaut une bonne partie de jambes en l’air.

Kiss
Anne-So

————————————————–
Message du 21/05/10 18:42
De: Auréline
A: Anne-So
Objet : Re:News

Tu me connais, je ne sais jamais dire non. Quand j’étais petite, je croyais tout ce que l’on me disait. J’aurais fait n’importe quoi, suivi un inconnu, sauté dans une mare, pour peu qu’on me le demande. Au lycée, il suffisait qu’un garçon m’approche, qu’il soit un peu mignon, un peu sympa, je n’y résistais pas. Même si nous n’allions jamais plus loin que le simple flirt, une réputation est vite établie. On me traite d’allumeuse, les filles me regardent d’un sale œil, les mecs sont prêts à en découdre les uns avec les autres. La situation tourne vite à la catastrophe. Je suis sûr que tu dois avoir quelques anecdotes en tête… Ces derniers temps, depuis que nous avons entamé cette relation avec J., je me sens beaucoup plus stable, je n’ai plus envie de courir à droite et à gauche. Il me procure cet équilibre. Alors même si, oui, les qualificatifs étrange, paradoxal, inhabituel peuvent coller mais ma « liaison » – difficile de trouver un terme approprié – avec J.  m’offre la stabilité qui me manquait. Je crois que j’ai trouvé un moyen d’améliorer l’image que je me fais de moi, de me sentir plus en confiance et j’évite ainsi de me jeter dans les bras du premier venu, comme j’ai pu le faire par le passé.

C’est compliqué. Visiblement J. n’est pas disponible pour une relation normale. Je crois qu’il veut en rester à une expérience virtuelle même si, et j’ai du mal à le lui dire, j’aimerais aller plus loin.

Auréline 3 – l’Orient Express

Message du 06/05/10 23:11
De : « Auréline »
A : « Janus »
Objet : Plus ample contact

Vous allez me rendre folle… Après avoir lu votre texte hier soir, j’ai rêvé de vous dans mon demi-sommeil. Je suis dans un train de nuit, l’Orient Express, les années folles, pourquoi pas ? La décoration, belle et désuète avec sa marqueterie de luxe et ses appliques en cuivre, évoque un univers irréel et luxueux, propice à l’évasion. Je m’imagine belle garçonne voyageant en solitaire dans une cabine privée. Nous sommes après minuit. Je dors, bercée par les secousses des rails, ignorante d’une présence dans la pièce. Vous êtes une ombre qui se rapproche de ma couchette. Vous posez une main gantée de noir sur ma bouche pour étouffer mon cri de surprise. Votre corps est sur le mien. Pas complètement réveillée je suis paralysée par la peur. Vous avez des menottes. Une fois mes mains bloquées, vous remontez ma nuisette, exposant mon sexe. Je suis à votre merci. Tout en continuant de me maintenir silencieuse avec votre gant, je sens votre virilité forcer mon ventre. Je ne peux rien faire pour empêcher l’intrus de me posséder. Bien triste mais c’est ainsi, mon rêve s’arrête ici, le trouble me réveille et les draps sont humides.

————————————————–
Message du 12/05/10 20:53
De : « Janus »
A :  » Auréline »

Objet : La surprise est en cours d’acheminement

J’espère que tu apprécieras mon cadeau à sa juste valeur et que tu penseras bien à moi quand tu en auras l’usage…

————————————————–
Message du 13/05/10 21:20
De : « Auréline »
A : « Janus »
Objet : Re :La surprise est en cours d’acheminement

Cher Master J.,

J’ai bien reçu le colis. J’étais extrêmement impatiente de l’ouvrir, quelle excitation ! Et bien sûr dès que j’ai sorti la forme oblongue du paquet, j’ai compris de quoi il s’agissait. Il fallait absolument l’essayer de suite. Après avoir vérifié que la batterie était bien chargée, je me suis mise toute nue. Couchée sur le dos, j’ai écarté les cuisses. J’ai pris le tube de lubrifiant inclus dans la boîte et j’en ai enduit le bout du jouet. Tout doucement, centimètre par centimètre, je l’ai introduit dans ma chatte. J’emploie ce mot obscène à dessein, il ravive le bouleversement de l’instant. J’imagine que, par l’intermédiaire de ce produit de substitution en plastique, c’est vous qui me pénétrez, me baisez. Une fois l’engin presque en entier enfoncé, la languette vient presser contre mon clitoris. J’appuie sur l’interrupteur, déclenchant les vibrations. Oh que c’est bon ! Je suis victime d’un séisme intime qui me laisse toute désorientée… Rien qu’en vous racontant cette expérience, je n’ai qu’une seule envie, recommencer, ce que, n’en doutez pas, je m’attèlerai à faire dès que ce mail sera parti.

Je vous remercie infiniment pour ce cadeau qui m’a donné, et me donnera encore je l’espère, beaucoup de plaisir…

Votre dévouée,
Auréline.

Auréline 2 – l’hôtel de tes rêves

————————————————–
Message du 23/04/10 18:34
De : « Auréline »
A : « Janus »
Objet : Re:contact

Cher Master J.,

Merci infiniment de m’avoir répondu. J’espère que nous venons d’entamer un dialogue long et fructueux. Vous trouverez en pièce-jointe la photo, comme vous l’aviez demandé. J’ai un petit pincement au cœur en vous l’adressant, la peur de ne pas vous plaire. Ne me rejetez pas, je vous en prie.

Adressez-moi le formulaire, je le remplirai au plus vite.

Je vous embrasse,
Auréline.

————————————————–
Message du 25/04/10 23:14
De : « Janus »
A : « Auréline »
Objet : Plus ample contact

Chère Auréline,

Message bien reçu. Quelle fraicheur et quelle jeunesse sur cette photo. Tu es très jolie mais il y a un petit je-ne-sais quoi de mélancolique dans ton regard.

Je suis en train d’écrire un texte où j’imagine notre rencontre. Veux-tu que je te l’adresse ?

Au plaisir de te lire,
Maître J. webmaster de Ludvine

————————————————–
Message du 26/04/10 00:20
De : « Auréline »
A : « Janus »
Objet : Plus ample contact

Oui avec plaisir. Je nous vois bien passer une soirée dans un restaurant très chic. Un repas délicieux accompagné de bon vin. Et ensuite, qui sait ? Peut-être partirions-nous à la recherche d’un hôtel…

————————————————–
Message du 05/05/10 21:40
De : « Janus »
A : « Auréline »
Objet : Plus ample contact

Chère Auréline,

Voici donc comme convenu le texte dont je t’ai parlé.

Même si peu de temps s’est écoulé entre le moment où nous nous sommes vus et maintenant, où nous sommes seuls dans cette chambre, il m’a paru une éternité. Je brûlais d’impatience de découvrir ton corps, de te toucher, de goûter ta peau.

Nous collons nos bouches l’une à l’autre. Tes lèvres sont fraîches et ta langue agile. Mes mains pétrissent tes fesses fermes. J’aimerais déjà, vieux pervers que je suis, les exposer, les claquer jusqu’à ce que mûrissent de belles pétales rouges.

Tu t’allonges. Je viens à tes côtés. Ma main remonte ta cuisse. J’apprécie la texture des bas noirs.

Doucement je dégrafe un à un les boutons de ton chemisier. La lampe de chevet illumine la peau blanche de tes seins. J’embrasse le creux qui les sépare. La peau est si douce, ici. Une discrète fragrance achève de me tourner la tête.

Je dégage un mamelon et le suce avec avidité. Il durcit. Je me délecte de son arôme légèrement salé.

Tout doucement, en nous laissant le temps de nous découvrir, nous retirons nos vêtements. Nos caresses se font de plus en plus précises, dans leur exploration nos doigts découvrent des zones secrètes et, au gré des réactions, s’y attardent.

Mais fi des préambules, tu passes à la vitesse supérieure. Impérieuse, tu me lèches et me branles, me prends en entier dans ta bouche. Tu vas trop vite, je t’arrête avant de jouir. Nous faisons une courte pause.

A mon tour de descendre entre tes cuisses. Je colle ma bouche sur tes lèvres basses, je te goûte. Je sors la langue, la glisse dans l’orifice, saisis le clitoris, le suçote. Je rentre un doigt puis deux. J’ai vaincu tes résistances.

Je me couche sur le dos. Tu me grimpes dessus et d’un geste précis ton ventre engloutit ma verge. Tu te fais plaisir à ton rythme. Tu retardes ma jouissance tout en hâtant la tienne. Une crispation. Les muscles de ton pelvis se resserrent sur mon vit presqu’à m’en faire mal. Dans un grand soupir de jouissance tu te relâches. Tu t’effondres sur le côté, repue. Mais moi, je suis affamé, mû par une volonté animale, je ne suis qu’un mâle en rut, qui, frénétiquement, monte sa femelle. Plus question de douceur ou de retenue. Je me jette sur toi, d’un violent coup de reins, je propulse ma queue au fond de ta matrice. Comme une réaction explosive, impossible à retenir, je jouis et me déverse en toi.

Ici s’achève notre aventure, pour ce soir au moins. J’espère avoir, en partie du moins, comblé tes attentes.

Dis-moi, chère Auréline, as-tu un petit ami ? Lui as-tu parlé de nous ? Si oui qu’en pense-t-il ?

Voudrais-tu m’envoyer tes coordonnées ? Ton adresse postale et ton numéro de mobile. En échange, je t’offrirai un petit cadeau.

Je t’embrasse,
Maître J. webmaster de Ludvine

Auréline 1 – contact

Ce récit est dédié à mon inspiratrice, mon ange, ma muse, ma lectrice avertie.

I still recall the taste of your tears
Echoing your voice just like the ringing in my ears
My favorite dreams of you still wash ashore
Scraping through my head ’till I don’t want to sleep anymore

« Something I Can Never Have », Nine Inch Nails

Mais entrez donc ami lecteur ! Bienvenue ! Êtes-vous confortablement installé ? Pensez à baisser la luminosité de votre PC ou de votre tablette et à maintenir une lumière d’ambiance pour le confort des yeux. Si vous avez peur d’être surpris par vos parents… Fuyez tout de suite, allez voir ailleurs où je ne suis pas, ce site n’est pas pour vous. Si vous êtes entre adultes consentants, n’hésitez pas : partagez ! Mais attention, le menu que je vous ai préparé est surprenant. Une petite douceur en amuse-bouche, une entrée un peu plus sérieuse et un plat carrément épicé ! Quant au dessert, j’improviserai, mais je peux déjà vous dévoiler deux ingrédients : du citron vert et de la vodka.

Trêve de bavardages, laissons la place sans plus attendre à notre héroïne. Ici commence ses aventures, par un doux message adressé à l’auteur.

————————————————–
Message du 16/04/10 19:55
De : « Auréline »
A : « Janus »
Objet : contact

Ce n’est pas sans appréhension que je me décide enfin à vous écrire. Il m’a fallu rassembler tout mon courage et voici que je me jette à l’eau. Je consulte régulièrement votre site. Chaque jour, je clique sur le lien, le cœur battant, dans l’attente d’un nouveau billet, impatiente de vous lire.

Je peine à trouver les mots justes pour décrire ce que vos textes déclenchent en moi. Une excitation profonde, parfois violente, mêlée d’une sourde inquiétude. Mon corps réagit également à votre prose, ma bouche qui s’assèche pendant que ma gorge se contracte, de la chaleur dans le bas de mon ventre, une humidité abondante dans le creux qui le fend. Parfois, et en osant écrire cela le feu embrase mes joues, j’ai l’impression que votre main effleure ma cuisse, qu’elle remonte pour apaiser mon tourment. A cet instant, je suis tellement frustrée et béante que n’importe qui, pour peu qu’il soit mâle un minimum, pourrait me prendre, donner cours à ses pulsions comme bon lui semble. Je serai pour lui une poupée, languissante et docile. Mais je suis seule et mes doigts sont mon unique recours. A la fin je pousse un petit cri étouffé et l’orgasme me laisse insatisfaite.

Je ne sais pas si vous pardonnerez mon impudence mais serait-il possible que nous entamions un dialogue, un échange par mail, juste nous deux ? Je saurai me conformer à vos exigences, croyez-moi je ne suis pas capricieuse.

Dans l’insurmontable impatience de vous lire, je vous embrasse,
Auréline.

————————————————–
Message du 22/04/10 21:10
De : « Janus »
A : « Auréline »
Objet : Re:contact

Très chère Auréline,

Recevoir un courrier d’une admiratrice, sensible et élogieux à la fois, voilà de quoi me combler d’aise et flatter ma vanité. Après tout, mes textes ont pour unique ambition de provoquer l’émoi des lecteurs. S’agissant d’une lectrice, c’est encore mieux.

Nous pouvons très certainement envisager une relation épistolaire mais je ne te cacherai pas que, dans le domaine des jeux érotiques, je suis un homme exigeant et attaché à une forme de discipline. Tu devras te plier à certaines règles.

Si tu acceptes, je t’adresserai un questionnaire afin de connaître tes préférences et tes limites.

Au plaisir de te lire,
Maître J. webmaster de Ludvine

PS : merci de m’envoyer une photographie récente. Les images constituent un support propice à l’imagination…

Nouvel an, nouvelle ère

Les amateurs d’histoire antique et de mythologie sans doute pourront s’abstenir de lire ce préambule où j’étale maladroitement mon vernis culturel en parlant de Janus, la divinité romaine, que l’on fêtait au nouvel an. De ses deux visages opposés, l’un était tourné vers le passé, l’autre vers l’avenir.

Je suis donc, par mon nom, placé sous les meilleurs auspices pour vous souhaiter joies et félicités en 2017. Que cette nouvelle année vous apporte désirs violents et orgasmes multiples, qu’elle soit pour vous ainsi que pour vos partenaires comme un feu d’artifice des sens, rempli de moments d’extases et de fusions charnelles.

Pour ma part, je compte très prochainement démarrer sur ce site un feuilleton narrant les aventures d’une intrépide demoiselle, Auréline, que son audace mènera de délices en turpitudes pour le plus grand plaisir du lecteur, du moins j’ose l’espérer.

Janus.

Plage

Il est vrai qu’aujourd’hui la mer était belle et calme. Il est vrai qu’aujourd’hui le ciel était bleu et que le soleil cognait dur. Il est vrai que j’éprouve un plaisir immense à lire un bouquin, le dos bien à plat sur le sable. Mais tout cela n’est rien, tout cela s’efface dans le restaurant, avec toi. Et non, je n’ose pas y croire, quand tu me dis que tu voudrais que je te raccompagne à l’hôtel et que je comprends que nous serons seuls, enfin.

Dans la voiture, pourtant, rien que l’horrible banalité du silence et mon habituelle impuissance à le neutraliser, comme si mon désir étouffait ma capacité à entamer une conversation. Que dire ? Je m’imagine brute, à t’annoncer que de toutes ces femmes dont les courbes s’affichent outrageusement en ces temps de moite villégiature tu es l’unique objet de mon attention. Comment d’ailleurs pourrais-tu l’ignorer ? Nombre de détails dans mon comportement de ces derniers jours t’ont sans nul doute alertée. Je me tourne vers toi, un sourire aux lèvres et tu me cueilles comme une fleur. Ai-je déjà pris un bain de minuit, me demandes-tu ? Je réponds par l’affirmative mais je saisis également le sens de ta proposition. Nous sommes sortis de la zone portuaire et nous longeons la plage bordée d’emplacements de parkings, vides à cette heure. La route est sous le feu des lampadaires mais, plus loin, la mer n’est éclairée que par une lune discrète.

Nous marchons sur le sable. Je n’ose pas prendre ta main, pas encore. Je finis par te dire que je n’ai pas de maillot de bain et tu me réponds que tu n’en as pas non plus et qu’on n’en a rien à foutre, le tout en faisant tomber ta petite robe légère à tes pieds. Je te regarde retirer tes sous-vêtements pendant que je m’empêtre dans mon jeans. Je vois ton dos nu et tes reins sous la lueur de la lune. Tu cours très vite et tu te jettes à l’eau. Quand j’atteins l’écume tu n’es déjà plus qu’un point dans cette immensité noire. Je suis saisi d’inquiétude. La mer parait calme mais si un courant nous entraine, qui viendra nous chercher ? Et les flics ? Si une patrouille remarque ma voiture ? Je nage au plus vite, vers toi. La mer a emmagasiné de la chaleur toute la journée mais, à cette heure elle a déjà commencé à se dissiper. Quand je te rejoins notre désir nous impose comme une évidence de rassembler nos corps. Dans le froid de l’eau salé, dans la nuit où l’on peine à deviner les traits de l’autre, nos bouches se rejoignent, nos bras et nos jambes s’entremêlent. Nous échangeons un long baiser.

Nous revenons là où j’ai pied et tu t’accroches à moi, tes jambes nouées autour de mes reins. Ce baiser ne semble pas avoir de fin, nos langues sont nées pour se rencontrer et s’aimer. Tout le feu de ces heures passées près de toi dans l’attente de cette étreinte se concentre dans le bas de mon ventre et j’ai peur de trop vite déverser dans la mer le fruit de mon ardeur.

Nous ne sortons pas de l’eau calmés, bien au contraire. Couchés sur le sable, je sème des baisers dans ton cou, j’enfouis mon nez dans ta chevelure, je caresse tes mains, tes bras, tes seins et le creux de tes cuisses. A tes soupirs, je comprends que l’attente pour toi aussi a rendu cet instant magique. Nous sommes dans la situation des amants égoïstes si accaparés par leur désir que le reste du monde peut bien se résoudre en apocalypse que nous nous en ficherions comme d’une guigne. Même si ces longues caresses s’avèrent un prélude, nous les savourons comme un bon vin. Ma bouche se pose sur la pointe de tes seins que je suce tour à tour. Ils me plaisent. Tout chez toi me plait. Mon attention se concentre sur un point plus précis et ma main touche ton sexe humide. Je veux en connaître le goût tout de suite et je porte mes doigts à la bouche. Ma caresse reste douce mais elle se fait plus insistante, j’écarte les grandes lèvres pour exposer davantage ton intimité. Mon pouce inquisiteur découvre une petite protubérance dressée qui devient le pivot de sa rotation impétueuse. Tu enfonces ta langue dans ma bouche en représailles. Vaine défense. A la manière dont tu te tors, j’ai sans doute déjà gagné le premier round. Ta main rejoint la mienne pour me guider, modérer le rythme. J’insinue deux doigts qui vont coulisser entre tes lèvres, leurs bases frottant contre ton clitoris. Un tremblement de bon augure secoue tes reins. Tu cries au moment de l’orgasme, puis tu me demandes d’arrêter la caresse quand le plaisir est insupportable.

Je me tiens au-dessus de toi et je sais que tu es prête. Tu m’embrasses encore avant de me dire, avec un petit sourire d’excuse poli, non, pas ce soir. Heureusement, ta main consolatrice enserre ma verge et la frictionne avec douceur. La jouissance enfle progressivement, comme un parcours douloureux de mes bourses vers l’extrémité de ma verge. Tu ne pousses pas la perversion jusqu’à me faire attendre plus longtemps. Le plaisir éclate et je souille ton ventre de longs jets blancs.

Après un court repos, nous retournons nous baigner. Mon appétit demeure, aiguisé comme une lame, mais je songe avec délice que les vacances sont loin d’être finies.

Incantations

Je veux caresser tes seins avec une plume
Je veux te retrouver sous la douche
Je veux que tu me suces dans l’allée des branleurs
Je veux que tu coures les rues sans culotte
Je veux recevoir la preuve en photos
Je veux t’attacher aux montants du lit
Je veux couvrir ton corps de chocolat pour mieux te dévorer
Je veux t’acheter des dessous de putain dans un sex-shop de Pigalle
Je veux que tu oublies le nom de ton premier amant
Je veux que tu me supplies à genoux de continuer
Je veux que tu saches qu’au cœur de nos pires dépravations scintille une bille de vif-argent
Je veux dormir dans tes bras
Je veux que tu m’emproses avec un gode-ceinture
Je veux te donner la fessée même si tu es sage
Je veux que tu te branles devant un film porno
Je ne veux pas que tu restes un phantasme
Je veux te faire l’amour sur la plage et sous la lune
Je veux voir tes mains écarter tes fesses
Je veux te livrer à d’autres hommesJe ne veux pas du quotidien
Je veux obéir à tes capricesJe veux lâcher prise

Janus